L’identité nationale : la crise

Le débat sur l’identité nationale est symptomatique de la problématique identitaire de la France. Les uns constatent qu’il y a un problème les autres crient au fascisme et sortent leur joker : La République et ses valeurs universelles. Au lieu de débattre du sujet lui-même il y a détournement du sujet. Le débat devient objet du débat.

Cette situation révèle une sorte de pathologie nationale dont le traumatisme originaire est ancien. Il a conduit à établir un système de défense socio-psychique fondé sur « l’évacuation du sujet » humain, personnes et communautés. A la place un individu conçu comme entité juridique en dépendance totale d’une incarnation du collectif : l’Etat qui établi le lien social, au nom d’un principe sacré, la République et ses valeurs universelles. Il y a, depuis la Révolution française une pathologie identitaire dans ce pays et la crise qui se manifeste peut être un signe de guérison si une parole se dit publiquement. La question reste encore dans le non dit. Certains voudraient bien le maintenir en cultivant un goût du secret pour des choses essentielles et de l’invective si cela venait à se savoir. Il y en a à gauche et il y en a à droite.

A titre d’exemple de l’ambiguïté entretenue, ceux qui sacralisent la République n’ont pas réputation à être très accueillants à l’Islam et ils soupçonnent en même temps les autres qui donne la parole aux musulmans comme les autres, de vouloir le stigmatiser. Autre contradiction on nous affirme que l’identité française est bien connue (circulez il n’y a rien à voir) identifiée aux valeurs universelles de la République. En réalité cette conception fantasmatique de la République, inadéquate, est incompatible avec la notion même d’identité nationale, par anti-communautarisme sans doute. Le niveau d’abréaction émotionnelle, la contradiction patente, l’incapacité à voir l’incohérence du discours, associé à la violence de l’insulte, c’est évidemment symptomatique.

La pathologie mentale n’exclue pas une résolution skyzoïde alliant un discours négateur avec une expérience de vie plus consistante. Si la voie d’une anamnèse pour discerner la diversité des logiques en jeu au moment de la « crise de liberté » historique serait salutaire, une autre voie, plus directe, apporterait une confortation identitaire nationale bien utile au moment où il faut partager l’aventure d’une mutation de civilisation avec les autres nations, d’autres cultures et d’autres identités. C’est là que l’Humanisme méthodologique apporte des réponses nouvelles susceptibles de favoriser un progrès de conscience et de pratiques.

Share on Facebook
Share it on Viadeo
Share on LinkedIn
Post on Twitter
Google Buzz (aka. Google Reader)

Lien Permanent pour cet article : http://biencommun.coherences.com/BLOG-HM/2010/01/10/lidentite-nationale-la-crise/

Laisser un commentaire